Emploi et investissement. Le plaidoyer de Aziz Akhannouch devant les députés

"La stimulation de l'investissement et de la dynamique de l'emploi", a été le thème principal de la séance des questions orales mensuelles sur la politique générale à la Chambre des représentants.

Emploi et investissement. Le plaidoyer de Aziz Akhannouch devant les députés

Le 10 juin 2024 à 19h10

Modifié 11 juin 2024 à 7h48

"La stimulation de l'investissement et de la dynamique de l'emploi", a été le thème principal de la séance des questions orales mensuelles sur la politique générale à la Chambre des représentants.

Liées, les thématiques emploi et investissement sont indissociables. Pour créer des emplois, il faut des investissements dans des secteurs productifs.

La question de l'emploi est centrale au regard de la hausse des chiffres du chômage malgré l'effort certain sur la partie investissement. L'exécutif a déjà annoncé que le focus de ce qui reste de son mandat aura comme l'une des priorités la création d'emplois. Ce que réaffirme le Chef du gouvernement devant les élus ce lundi 10 juin.

Pour Aziz Akhannouch, ce qui a été "réalisé au cours des deux dernières années en matière de promotion de l'emploi a permis provisoirement de réduire l'impact des crises Covid et de la sécheresse".

"Parmi les acquis de ce gouvernement, le fait d'avoir atteint une capacité d'emplois de 620.000 postes d'emploi ainsi que l'absorption du chômage causé par la crise de la Covid-19 et ce qui s'en est suivi.

Toutefois, des défis subsistent, notamment en milieu rural où les pertes d'emplois dans le secteur agricole restent préoccupantes.

Akhannouch assure que son gouvernement est pleinement engagé dans l’adoption de solutions structurelles aux questions de formation, d’emploi et d’insertion professionnelle, notamment en poursuivant la mise en œuvre du programme des Cités de métiers et de compétences et en les dotant de branches à fort potentiel d'emploi, puisque l'année 2023 a vu l'ouverture de 4 nouvelles cités de métiers et de compétences, qui offriront 100 branches dans 13 pôles professionnels, avec une capacité d'accueil estimée à 12.780 places pédagogiques.

Selon lui, trois nouvelles cités seront ouvertes lors de l'année académique 2023-2024. Les travaux de la cité de la région de Dakhla-Oued Eddahab seront également achevés en 2024.

Pour le chef du gouvernement, les efforts du Maroc dans des secteurs comme l'automobile, l'aéronautique ou le tourisme entre autres ont permis "aux activités non agricoles de créer des opportunités nettes d'emplois s'élevant à 116.000 emplois, en moyenne annuelle au cours des années 2022 et 2023, malgré les défis enregistrés, ce qui est supérieur à la moyenne des emplois nets créés au cours de la période 2010-2015, qui n'ont pas dépassé les 58.000 emplois. Cette moyenne a été de 66.000 entre les années 2016-2021".

Pour Akhannouch, les chiffres enregistrés au cours du premier trimestre de l'année "confirment la pertinence des choix que nous avons entrepris en faisant de l'investissement un mécanisme de création d'opportunités d'emplois décents".

Le premier trimestre de 2024 a été marqué par une reprise de la capacité d'emploi de tous les secteurs productifs, puisque plus de 63.000 emplois ont été créés dans le secteur des services et environ 34.000 nouveaux emplois ont été enregistrés dans le secteur industriel, y compris l'artisanat.

Ce qu'a dit le chef du gouvernement sur l'investissement

Le chef du gouvernement a par ailleurs souligné l’évolution "notable" qu’a connue le niveau d’investissement public au Maroc, ayant nécessité la mobilisation de fonds supplémentaires pour gérer la conjoncture, et a rappelé la répartition de cet effort entre les différents acteurs publics :

- Budget général de l'État : 103 milliards de DH,

- Entreprises publiques : 152 milliards de DH,

- Fonds Mohammed VI d’investissement : 45 milliards de DH,

- Collectivités territoriales : 20 milliards de DH,

- Fonds de gestion des effets du séisme d'Al Haouz : 20 milliards de DH.

Un enveloppe conséquente, certes, mais à l'avenir le plus gros de l'investissement doit venir du privé. Sur ce registre, le chef de l'Exécutif s'est félicité de la mise en place d’une grande partie des textes réglementaires de la charte de l'investissement. Il promet, toutefois, que les deux dispositifs de la charte qui tardent à voir le jour, en l'occurrence ceux relatifs au système de soutien dédié à la présence des entreprises marocaines à l'international et au soutien aux TPME, seront publiés en 2024.

En attendant, Akhannouch rappelle le bilan des réunions de la Commission nationale des investissements : les cinq sessions tenues dans le cadre de la charte ont permis d’approuver 115 projets avec une enveloppe de 173 milliards de DH, qui permettront de créer plus de 96.000 postes d’emplois directs et indirects. Le capital national couvre 69% du total des investissements approuvés.

Il soutient que 90% des projets approuvés lors des 4 premières réunions de la Commission nationale des investissements ont été lancés (construction et aménagement).

Investissements étrangers

"Le Royaume a enregistré des avancées significatives dans l'attraction des investissements étrangers directs. Jusqu'à fin avril, le pays a attiré des investissements totalisant 13,1 milliards de DH, un chiffre record qui illustre la dynamique positive en cours", a déclaré Aziz Akhannouch.

Le chef de l'exécutif a avancé que son gouvernement a renforcé la position du pays dans plusieurs secteurs d'avenir", en particulier celui de l'énergie. "L'un des axes majeurs est le développement du secteur de l'énergie, avec une attention particulière aux énergies renouvelables. Le Maroc est en train de construire une offre compétitive dans le domaine de l'hydrogène vert, en mobilisant les terrains nécessaires et en développant des infrastructures de haute qualité pour attirer les investisseurs", a expliqué le chef du gouvernement.

"Récemment, un accord historique a été signé pour la création d'une unité industrielle intégrée de production de batteries pour véhicules électriques à Jerada. Ce projet, d'une valeur de 12,8 milliards de DH, devrait créer 17.000 emplois directs, dont 2.300 pour des profils qualifiés", a-t-il tenu à rappeler.

Diversification économique et réduction de la dette

Selon Aziz Akhennouch, les choix gouvernementaux visant à diversifier l'économie et à rechercher de nouvelles formules pour développer les activités non agricoles après des années de sécheresse ont permis à l'économie nationale de réaliser des résultats positifs. "Notre pays a enregistré des chiffres importants dépassant les prévisions, avec un taux de croissance de 3,4 % en 2023. Pour la première fois, notre PIB a dépassé les 140 milliards de dollars, ce qui met en évidence la dynamique que le tissu économique national a connue au cours des deux dernières années", a précisé le chef du gouvernement

"Grâce aux efforts gouvernementaux, nous avons également réussi à poursuivre la tendance à la baisse de l'endettement, dont le ratio a chuté à moins de 70 %, après avoir atteint des niveaux records en 2020. En même temps, le gouvernement a réussi à réduire le déficit budgétaire à 4,3 % en 2023, contre 7 % en 2020, confirmant ainsi la crédibilité de l'engagement gouvernemental à ramener le déficit à moins de 3 % du PIB d'ici 2026", a conclu le responsable gouvernemental.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

CTM: COMMUNICATION FINANCIÈRE

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.