Ouverture d’une enquête après la séquestration de ressortissants marocains au Myanmar

Le procureur général du Roi près la cour d’appel de Casablanca a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire, confiée à la BNPJ, à la suite de la séquestration de ressortissants marocains par des bandes criminelles opérant au Myanmar, dans les zones frontalières avec la Thaïlande.

Ouverture d’une enquête après la séquestration de ressortissants marocains au Myanmar

Le 16 mai 2024 à 13h02

Modifié 16 mai 2024 à 15h40

Le procureur général du Roi près la cour d’appel de Casablanca a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire, confiée à la BNPJ, à la suite de la séquestration de ressortissants marocains par des bandes criminelles opérant au Myanmar, dans les zones frontalières avec la Thaïlande.

Le procureur général du Roi a indiqué, le mercredi 15 mai dans un communiqué, que certaines victimes et familles de victimes ont été auditionnées, notamment celles ayant déposé des plaintes.

Les résultats de l’enquête préliminaire ont révélé qu’il s’agit de réseaux criminels spécialisés dans la traite d’êtres humains qui s’activent dans les zones frontalières du Myanmar. Ils appâtent leurs victimes par des contrats de travail, dans lesdites zones, avec des entreprises internationales de commerce électronique, en contrepartie de salaires attractifs, précise la même source.

Il s’est avéré toutefois que cette démarche n’était qu’un moyen de les attirer et de les exploiter pour les séquestrer et les obliger à travailler dans des conditions pénibles.

Selon les premières informations disponibles et les données relayées par certains réseaux sociaux, le Parquet général, en appelant à faire preuve de prudence et de vigilance face aux tentatives de recrutement, toujours en cours via internet ainsi qu’à travers certains intermédiaires au Maroc et à l’étranger, affirme suivre les investigations menées par les services compétents de la police judiciaire en vue de faire la lumière sur les tenants et aboutissants de ces faits, d’appréhender toutes les personnes soupçonnées d’être impliquées dans ces actes et d’envisager les suites judiciaires qui s’imposent à la lumière desdits faits.

L’ambassade du Maroc à Bangkok suit la situation de près

L’ambassade du Maroc à Bangkok suit très étroitement la situation des citoyens marocains victimes de trafic de personnes au Myanmar et multiplie les démarches pour leur venir en aide, a indiqué Abderrahim Rahhaly, ambassadeur du Maroc en Thaïlande.

Contacté par la MAP, Abderrahim Rahhaly a confirmé que plusieurs ressortissants marocains sont retenus par des organisations illégales installées dans des zones rebelles au Myanmar, proche de la frontière avec la Thaïlande.

Ces ressortissants marocains, a-t-il précisé, font partie de plusieurs milliers de personnes de toutes nationalités, notamment de pays africains, asiatiques et européens.

Après avoir été attirés vers des points de rencontre en Malaisie et en Thaïlande, ils ont été acheminés par les réseaux de trafics jusqu’à des zones contrôlées par des groupes armés rebelles au Myanmar, pour être employés dans des centres d’appel clandestins opérant dans la criminalité cybernétique, a-t-il expliqué.

"Les personnes recrutées sont en général chargées d’attirer des personnes de leur pays d’origine dans différentes arnaques, via de faux profils, parfois sous la forme de prétendus portails d’investissement, de faux sites de jeux de hasard et parfois des plateformes d’escroquerie et de chantage à la vie privée."

A cet égard, l’ambassadeur a appelé à davantage de vigilance face à des tentatives de recrutement qui seraient toujours en cours, par l’intermédiaire de rabatteurs locaux et via internet.

Abderrahim Rahhaly a indiqué que l’ambassade du Maroc est en contact quotidien avec les autorités thaïes notamment, afin de suivre la situation et de recueillir toute information concernant les citoyens marocains concernés et leur venir en aide, tout en soulignant l’importance d’entourer ces démarches de toutes les précautions nécessaires afin de ne pas compromettre la sécurité de nos ressortissants ou les exposer à des représailles.

L’ambassade coordonne également avec les chancelleries des pays dont des ressortissants sont dans la même situation, ainsi qu’avec les organisations régionales et internationales opérant dans la zone, dont l’Organisation internationale de la migration (OIM), a-t-il ajouté.

Le travail sur le terrain s’inscrit dans la continuité et la complémentarité avec les mesures prises par les autorités à Rabat, notamment l’enquête ouverte par les services de police sur instruction du Parquet, a indiqué l’ambassadeur du Roi.

(Avec MAP)

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Alliances: Indicateurs du 1er trimestre 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.